Passer des vacances en timeshare: quels pièges ?

By Xavier Van Caneghem on 04/04/2018 in Site Web, Vacances, Voyage
0
2

Pour certains vacanciers, la tentation est grande d’acheter l’occupation régulière d’un bien dans leur lieu de vacances préféré. On parle dès lors d’un timeshare.
Mais est-ce une formule intéressante et quels sont les pièges?

Le timeshare, c’est quoi ?

Par l’achat d’un timeshare (timesharing ou l’achat de semaines en temps partagé), vous achetez le droit (p. ex. via un promoteur immobilier ou un club de vacances) d’occuper un bien (p.ex. une maison ou un appartement meublé) pendant une période déterminée (p.ex. les deux premières semaines du mois de juillet), et ce durant un nombre d’années consécutives (p.ex. pendant 10 ans).
Vous partagez dès lors le bien avec d’autres personnes qui l’occupent pendant des périodes avant et après vous tout au long de l’année. Le timeshare est donc une formule qui se situe entre l’achat et la location d’un bien.

Cette formule a connu énormément de succès dans les années 90 et 2000, essentiellement sur la côte espagnole (Costa del Sol) où certains promoteurs ont construit des biens dans le but de les destiner exclusivement au timeshare. Suite à de fréquents abus (infrastructure défaillante, un bien ne correspondant pas à la description de l’acte d’achat, …) et à de multiples arnaques (le bien acheté n’existe pas, faillite frauduleuse du promoteur, …), la popularité de cette pratique a fortement chuté depuis, malgré de nouvelles réglementations nationales et européennes qui ont heureusement mis un peu d’ordre dans ce secteur.

Quelques avantages

  • Vous acquérez le droit d’occuper le bien sans devoir l’acheter et donc d’en devenir le propriétaire pendant toute l’année.
  • Vous êtes moins exposé à la gestion du bien ou aux frais d’entretien (p.ex. rénovation du toit ou des lieux en copropriété). Ceux-ci restent sous la responsabilité du propriétaire.
  • C’est une formule intéressante pour les personnes qui se rendent chaque année au même endroit pour y passer leurs vacances.
  • La possibilité de revendre le timeshare à un tiers ou d’échanger sa période (ou son lieu) de vacances (selon un principe de points d’échange ou de bourse).

De multiples inconvénients

  • Attention aux arnaques (le bien vendu n’existe pas ou est en plus mauvaise état que son descriptif, le promoteur est malhonnête, prix exorbitants, …
  • La répartition des charges et les frais à supporter n’est pas toujours définie clairement.
  • La possibilité d’échange ou la revente du bien n’est pas toujours possible ou très compliquée (certains acquéreurs se lient ainsi à un timeshare qui dure pendant … 50 ans !)
  • Le structure de vente est parfois complexe et pas très claire (p.ex. le promoteur est établi au Royaume-Uni et vend un bien en Espagne).
  • Les contrats ne sont pas toujours conformes à la législation. Le contrat de vente est rédigé à l’étranger dans une langue qui n’est pas toujours maîtrisée par l’acquéreur. En cas de litige, une aide juridique locale (avocat) sera indispensable, dont les frais peuvent s’élever rapidement. Les procédures risquent d’être longues, complexes et incertaines.
  • Nul n’est à l’abri d’une faillite (frauduleuse) du promoteur.

Quelques bons conseils

Toute proposition de timeshare n’est pas une arnaque. Certaines fonctionnent même assez bien et sont fiables.
Le Centre Européen des Consommateurs (CEC) donne 10 conseils très utiles à ceux qui veulent y succomber:
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

 

Liens utiles :

https://economie.fgov.be/fr/themes/protection-des-consommateurs/voyages/le-time-sharing

Le CEC a publié une brochure très utile à ce sujet: https://www.cecbelgique.be/brochures/detail/timesharing-en-europe

Lisez aussi:

Un litige en vacances

voyage

Print Friendly, PDF & Email

0 Comments

Add comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

%d blogueurs aiment cette page :