A la découverte du Japon: quelques conseils de voyage

A la découverte du Japon: quelques conseils de voyage

Temple d’or à Kyoto

Vous rêvez de visiter « l’Empire du soleil levant » ? Annabelle, qui travaille chez Europ Assistance, y a séjourné pendant des années et nous donne ses meilleurs conseils.

« Le Japon est un pays plein de contrastes : la modernité y côtoie la tradition, la liberté y est confronté à la discipline, l’efficacité y flirte avec la lenteur, le perfectionnisme s’y oppose au wabi-sabi : tous ces éléments y trouvent un  parfait équilibre. »

Le niveau de vie de la société japonaise est certainement équivalent à celui des pays occidentaux. Le pays est donc tout aussi aisé à visiter.
Cependant, de nombreuses différences (culturelles) doivent être prises en compte avant de vous y rendre.

Le visa et le passeport

Un séjour touristique de moins de 90 jours ne nécessite pas de visa. Il vous faut uniquement un passeport international en cours de validité, qui sera estampillé à l’arrivée à l’aéroport, à condition que les documents nécessaires soient remplis dans l’avion.

La meilleure saison de voyage

La meilleure saison pour voyager au Japon est le printemps et l’automne.
En hiver, il peut y faire très froid, et l’été peut y être particulièrement chaud. La saison des pluies commence en juin et dure environ 6 semaines. Toutes ces périodes sont généralement moins agréables pour visiter le pays.
Le printemps est très apprécié pour ses magnifiques floraisons : fleurs de pruniers, de cerisiers, d’hortensias… dans un cadre magnifique comme une vue lointaine du Fuji, ou des Alpes japonaises à Hakuba…

Les transports

Fuji yama & Shinkansen

Au Japon, il est préférable d’utiliser les transports en commun, non seulement parce que leur réseau y est très développé, mais aussi parce que ce mode de transport est le plus intéressant du point de vue qualité-prix.

Vous vous y rendez avec votre permis de conduire belge dans le but d’y conduire un véhicule ?
Sachez que vous devrez d’abord le faire traduire en japonais et y passer un test de conduite avant de pouvoir emprunter les routes nippones. Dans certaines agences de location, vous pouvez cependant louer une voiture avec un permis de conduire international. La vitesse maximale permise sur autoroute est de 80 à 100 km/h et vous devrez vous acquitter d’un péage.

Le choix du moyen de transport le plus efficace se fait donc rapidement. Il est préférable d’acheter un “Japan Railpass” à un tarif avantageux avant votre départ. Vous pouvez commander votre “JR Pass” via http://www.jrpass.com/fr. Il vous sera envoyé à votre adresse personnelle. Par la suite, vous devrez échanger votre laissez-passer dans un bureau JR d’une gare japonaise. Vous pourrez ainsi profiter de la ponctualité du luxueux Shinkansen (train à grande vitesse). Et vous serez ainsi de suite immergé dans l’écriture japonaise : des signes complétés par l’écriture syllabique. Mais ne vous inquiétez pas, dans chaque gare, vous trouverez suffisamment de personnel (anglophone) pour vous conseiller sur la meilleure façon de vous rendre du point A au point B.

Les chaussures de marche sont recommandées dans les villes, car si vous optez pour les transports en commun comme le métro, les distances à parcourir à l’intérieur des stations sont assez grandes, avec peu d’ascenseurs, et vous devrez donc marcher beaucoup.

Si vous optez pour une voiture de location, n’oubliez pas de chercher à l’avance un emplacement de parking (garage), car il est quasiment impossible de se garer dans la rue. Vous ne pouvez garer votre véhicule que dans un nombre limité de petits garages ou parkings coûteux.

Faire du stop le long de la route n’est pas vraiment autorisé, mais vous pouvez toutefois vous y risquer et – si vous y réussissez – avoir la chance de rencontrer des habitants d’une grande ouverture d’esprit.

Les moyens de paiement

N’oubliez pas à l’avance d’activer votre carte de débit et de crédit pour le Japon. Sur place, il vous est recommandé de retirer de l’argent avec votre carte de débit, ce qui réduira les coûts d’utilisation. Il n’est pas possible de retirer de l’argent à tous les distributeurs automatiques, mais c’est généralement possible dans certains magasins (convenient stores) des grandes villes comme Tokyo et Kyoto. Il y a bien sûr toujours des bureaux de change et des distributeurs automatiques où vous aurez des taux de change intéressants. Par contre, il est préférable de payer le plus possible avec votre carte de crédit. C’est généralement également possible dans les meilleurs restaurants.

Boire et manger

Vous trouverez une grande variété de très bonne nourriture à tout type de prix. En général il est possible de garder les dépenses de restos au Japon à un niveau abordable. Les alcools occidentaux comme le vin ou le whisky doivent être importés et sont donc relativement chers et difficiles à trouver. C’est pourquoi il vaut mieux s’en tenir à la bière ou au saké. L’eau et le thé sont généralement offerts gratuitement dans les restaurants.

L’hébergement

Hôtel capsules

Le Japon offre une grande variété de type de logements, allant de l’hébergement bon marché dans de très petites chambres individuelles d’une longueur de deux mètres et d’une largeur d’un mètre, également appelées « hôtels capsules » ou dans les cybercafés, aux hôtels occidentaux plus chers ou aux hôtels typiquement japonais : le ryokan assez onéreux ou le minshuku plus populaire où vous dormirez sur un matelas-futon sur tatami et prendrez un bain commun.

Ici aussi, vous avez des versions plus luxueuses où, à l’instar d’un véritable Japonais, vous pourrez déguster de délicieux plats locaux (kaiseki) habillé d’une yukata après avoir pris un bain dans des sources chaudes naturelles (onsen). Bien sûr, il est préférable de réserver à l’avance et de prévoir un budget d’au moins 150 à 200€ par chambre. L’avantage est que les salles de tatami sont grandes et vous pouvez souvent les partager avec maximum 5 personnes, ce qui en rend leur coût un peu plus supportable.
Les Japonais sont souvent aussi très créatifs et aiment les familles d’accueil, le camping, etc.

Sur internet, vous trouverez de nombreux sites web où les personnes seules (surtout des femmes qui restent à la maison) ou les jeunes familles avec enfants proposent de recevoir des étrangers afin de pouvoir pratiquer leur anglais ou simplement pour faire des sushis ou partager un barbecue dans le jardin.

“Au Japon, vous pouvez goûter à une culture raffinée dans une nature éblouissante avec des gens très attentionnés. Une visite est donc vivement conseillée !” 

A faire ou à ne pas faire

  • Geisha à Kyoto

    Il n’est pas d’usage de s’embrasser, ni même de toucher l’autre personne lorsque vous la saluez. Il est plutôt d’usage de s’incliner. Plus vous vous inclinez, plus vous êtes courtois !

  • Il est conseillé de s’habituer à manger avec des baguettes. Cette pratique correspond à une forme de courtoisie, mais il est surtout important de ne pas croiser vos baguettes ou de ne pas les planter à la verticale dans votre riz ou autre nourriture, car ceci fait référence au signe de la mort dans les Ecritures.
  • Si vous mangez des nouilles, n’hésitez pas à aspirer bruyamment les aliments. Les Japonais partent du principe qu’un met s’apprécie le mieux au niveau de la gorge.
  • Habituez-vous aussi au fait que les Japonais disent “oui” pour exprimer leur respect quand ils vous écoutent et non pour dire qu’ils sont d’accord avec ce que vous dites. Il est bien possible qu’après une série de “oui”, ils commencent à vous contredire de façon très polie 😊.
  • Il n’est pas d’usage de donner un pourboire. Quelques compliments suffisent. Les Japonais pourraient même considérer un pourboire comme une forme d’insulte.
  • Lorsque vous recevez un cadeau que vous voulez découvrir rapidement, il est préférable de demander au préalable si vous pouvez l’ouvrir. Habituellement, les personnes remercient pour le cadeau mais ne l’ouvrent qu’à leur retour à la maison, afin de ne pas embarrasser le donateur.
    Si c’est vous qui donnez un cadeau, pensez à offrir des fruits. Ils sont très précieux au Japon. Le chocolat belge est aussi une excellente idée : sur place, une praline belge coûte facilement jusqu’à 3 euros !
  • Le mot “sumimasen” ou “excusez-moi” est presque plus important que “arigató” ou “merci”, parce que les Japonais tiennent à s’excuser pour le « fardeau » ou l’effort qu’ils imposent à celui ou celle qui leur fait une faveur. Retenir ce mot est donc une bonne astuce !

Lisez aussi : “Voyager au Japon: informations pratiques” 

This slideshow requires JavaScript.

Crédit photos: © Annabelle Maes & Shuttertock

voyage

Laisser une réponse