Le parapente ou comment apprendre à voler

By Tom de Dorlodot le 04/07/2017 in Air, Site Web, Sport, Voyages et aventures
1
8

L’aventurier et parapentiste de renom Tom de Dorlodot nous parle de sa passion pour le parapente et donne quelques conseils utiles à ceux qui veulent se lancer dans ce sport et prendre leur envol.

Apprendre à voler ?

Tom de Dorlodot

© Thomas de Dorlodot

Le titre de l’article pourrait paraître assez équivoque ! « Voler ». C’est pourtant en ces termes que la plupart des gens s’adressent à moi pour savoir quels sont les bons plans pour s’initier et pratiquer le parapente : « Tom, comment on apprend à voler ? ».

“Où commencer ? Comment et avec qui ? Est-ce dangereux ? Quel matériel choisir ? Combien ça coûte ? Faut-il être un sportif aguerri ou est-ce accessible à tout le monde ?”
Pour moi, c’est chaque fois un réel plaisir de partager ma passion et de pouvoir donner un maximum d’infos afin que chacun(e) ait l’opportunité de s’essayer à ce sport hors du commun.

Le premier vol en parapente 

Un vol en biplace

Thomas de Dorlodot

© Thomas de Dorlodot

Tout d’abord, avant de vous inscrire pour une formation complète, je vous conseille de faire un premier vol accompagné. Le parapente est l’un des rares sports qu’il est possible « d’essayer » sans avoir aucune expérience à la base. Pour cela, rien de plus simple : il vous suffit de réserver un vol en biplace. Vous volerez avec un professionnel et ne devrez vous occuper de rien. Juste en profiter ! Quelques pas suffisent et vous serez dans les airs, assis confortablement dans votre sellette avec les pieds dans le vide.
En parapente, on ne se « jette » pas d’une falaise, on ne « saute » pas dans le vide … On gonfle d’abord sa voile en douceur et on décolle en quelques pas. La démarche est réellement différente. On s’envole.
C’est assez facile et le vol en biplace comporte vraiment très peu de risques. Pour celles et ceux qui auraient le vertige, sachez qu’il disparaît automatiquement dès qu’on n’a plus de contact physique avec le sol ! Ce ne serait donc pas un motif valable pour ne pas vous offrir le plaisir de voler !

Durée du vol

En général un vol biplace dure 15 à 20 minutes. Mais il est aussi possible de demander l’option « grand vol » et de rester en l’air plus longtemps en profitant des ascendances thermiques pour prendre de l’altitude (si la météo le permet). Le pilote gère la voile. Généralement, ça se passe plutôt bien et il vous passera peut-être les commandes pendant quelques minutes. Faire un vol en biplace laisse toujours un souvenir inoubliable. Pour les amateurs de sensations fortes, il suffit de l’annoncer et le pilote pourra même faire quelques figures de voltige. A l’inverse, si vous êtes plutôt contemplatif, demandez un vol tranquille pour admirer la vue. Il y en a vraiment pour tous les goûts ! Et c’est accessible au plus grand nombre, des jeunes jusqu’aux mois jeunes.

Thomas de Dorlodot

© Thomas de Dorlodot

C’est cher ?

 Au niveau du prix, c’est plutôt abordable … Voler en biplace coûte en général entre 75 € et 150 €, en fonction de l’endroit et de la durée du vol. En regardant sur Internet, vous trouverez des écoles un peu partout dans les Alpes. Personnellement, je trouve que Chamonix, en France, est assez génial pour une première expérience. La vue sur le Mont Blanc et sur ses glaciers est fantastique … L’école « Les Ailes du Mont Blanc » est vraiment super. Vous aurez peut-être même la chance de voler avec Sandie Cochepain, une Championne du Monde de parapente super sympa ! http://www.lesailesdumontblanc.com/

Un stage d’initiation

Et si, comme moi, vous tombez directement amoureux du sport et que vous voulez vous lancer, rien de plus simple ! Il vous suffit de vous inscrire à un stage d’initiation. Je vous conseille vivement de ne pas essayer d’apprendre dans votre coin, par exemple avec un copain qui s’improviserait moniteur de parapente. Enseigner est un vrai métier et la phase d’apprentissage doit être considérée avec sérieux, dans une école avec de vrais formateurs brevetés. Le parapente n’est pas un sport dangereux, mais il comporte des risques.

Parapente

© Nicolas Assael

Chaque école a sa méthode d’enseignement. Le stage d’initiation commence toujours par quelques jours de pente école. Il s’agit de s’entrainer au sol à gonfler et à maitriser la voile. Petit à petit, on peut faire de petits sauts dans une pente pour ressentir les sensations du décollage et apprendre à gérer les freins à l’atterrissage … Ensuite, après avoir reçu les bases de théorie et après avoir fait un vol biplace pour s’acclimater un peu aux sensations de vols, vous pourrez faire un premier grand vol, idéalement dans des conditions calmes. Vous serez bien briefé et guidé, depuis votre décollage jusqu’à l’atterrissage par un moniteur expérimenté, via un dispositif radio.

Les écoles de parapente

N’hésitez jamais à dire que vous venez de ma part lorsque vous prendrez contact avec l’une ou l’autre école de parapente. C’est un assez petit monde, une vraie communauté. Et là, comme partout ailleurs, ce vieil adage prévaut : « les amis de mes amis … ».

Parapente

© Thomas de Dorlodot

En Belgique francophone, il y a plusieurs écoles. J’apprécie particulièrement Foud’l qui se situe dans la région de Godinne. Ils organisent la pente école et la théorie les weekends, et ensuite les premiers vols lors d’un stage en montagne dans les Alpes. Voici leurs site : http://fou-d-l.be/ Vous pouvez contacter Jean Yves par mail à l’adresse suivante : voler@voler.be ou par téléphone au +32 474 55 59 61. L’ambiance des stages chez eux est toujours assez géniale.

En Flandre il y a aussi l’école de Kris Claessens. Il est super talentueux et vraiment sympa. Son école a aussi très bonne réputation. Et ils sont super pros. Vous trouverez toutes les informations ici : http://www.ikarus.be/

A l’étranger : Si vous voulez commencer directement à l’étranger, je conseille toujours l’école Les passagers du Vent à Annecy. L’endroit est magique et l’équipe de Vincent très talentueuse. Il faut compter minimum quatre jours sur place. Voici l’adresse du site web de l’école : https://www.lespassagersduvent.com/

Le coût d’un stage

Thomas de Dorlodot

© Thomas de Dorlodot

Le parapente est un sport plus accessible qu’on ne le croirait. C’est certainement le sport aérien le moins cher. Pour un stage d’initiation, il faut compter +/- 500 €. C’est vraiment un très chouette projet à partager en couple ou avec des amis. Souvent, les écoles ont de bonnes recommandations sur les infrastructures d’accueil locales et on peut dormir, pour un prix très raisonnable, dans un camping du coin.

Quelques petits conseils pour un stage réussi

  • portez des chaussures hautes pour protéger vos chevilles ;
  • prenez de la crème solaire ;
  • emportez une bonne paire de lunettes pour vous protéger du soleil mais aussi du vent pendant le vol ;
  • pensez à prendre des vêtements plus chauds et une paire de gants … Il fait plus frais en altitude !

Et si, après le stage, vous voulez continuer à pratiquer, les écoles pourront vous conseiller pour l’achat du matériel adéquat et pour l’encadrement qui serait encore nécessaire avant d’arriver à l’autonomie complète.

Bons vols ! Et comme j’ai pour habitude de le dire : « blue skies & soft landings » !

Tom

Questions – réponses

Quels sont les risques du parapente ?

La météo. Si on ne l’interprète pas correctement, ça peut être risqué. D’où l’importance d’être bien encadré ou bien formé pour appréhender ces paramètres et voler dans de bonnes conditions de sécurité. C’est aussi risqué si on n’a pas le matériel adapté (s’assurer d’avoir une voile de débutant pour commencer à pratiquer la parapente par exemple). Paradoxalement, le parapente est d’autant plus risqué qu’on reste proche du sol … Lorsqu’on est haut dans les airs, les situations sont plus faciles à gérer.

La pratique du parapente est-elle éconseillée pour certaines personnes ?

Oui. Pour les personnes pouvant être sujettes à des problèmes cardiaques par exemple. ll faut d’ailleurs en principe passer une visite de contrôle chez son médecin traitant avant de pouvoir pratiquer ce sport (comme pour beaucoup d’autres sports).

Y a-t-il un âge limite ?

Il est conseillé de ne pas démarrer avant 16 ans. Quant à la limite supérieure, je dirais qu’il faut surtout écouter son corps. Il faut être capable de courir et d’amortir le poids de son corps afin d’assurer un atterrissage en toute sécurité.

Faut-il obligatoirement avoir une licence ?

Thomas de Dorlodot

© Thomas de Dorlodot

Non, pas si on est encadré et qu’on pratique le parapente avec un instructeur, au sein d’une école. Pour pratiquer le parapente de façon autonome, il est important d’être assuré et cela va généralement de pair avec l’affiliation à une fédération (validée par un examen théorique et pratique).

Peut-on pratiquer le parapente n’importe où ?

Non. Il y a par exemple des zones qui sont interdites et qu’on ne peut pas survoler. C’est par exemple le cas pour les aéroports ou les bases militaires. Le mieux est toujours d’anticiper et de se renseigner auprès des autorités locales.

Suivez Thomas de Dorlodot via sa page Facebook, sur son site ou via Searchprojects.net

Lisez aussi les articles de Tom dans le dossier “Voyages et aventures”

© Photo couverture : John Staples
Print Friendly

1 Commentaire

  1. Franck 18/07/2017 Réponse

    Bonjour,

    On vous attend pour voler !!!

Ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>